1. Accueil
  2.  > 
  3. HWS
  4.  > 
  5. Ressources
  6.  > 
  7. Articles
  8.  > 
  9. La suppression du réseau social Parler relance les débats sur la liberté d’expression aux Etats-Unis

La suppression du réseau social Parler relance les débats sur la liberté d’expression aux Etats-Unis

Jan 20, 2021  


Parler


Le réseau social conservateur Parler a porté plainte contre Amazon après que le géant américain a coupé leurs accès aux serveurs. Selon AWS cette intervention a été motivée par la hausse de contenus violents et haineux non modérés par le réseau. Le CEO de Parler John Matze, a toutefois une autre théorie : d’après lui les actions du géant numérique ont une explication politique et souhaitent renforcer la position dominante de Twitter.

Après l’invasion du Capitol Américain par les militants pro-Trump, plusieurs médias ont décidé de supprimer le compte personnel du président américain. Tel est le cas de Twitter, Instagram, Facebook et Snapchat. Leurs actions ont forcé Donald J Trump à trouver un autre moyen de communication avec ses supporteurs : ainsi le réseau social Parler est devenu l’application la plus téléchargée sur la plateforme Apple aux Etats-Unis.

Lancée en 2018, le média social a un fonctionnement très semblable à celui de Twitter. Attirant au début des abonnés ultra-conservateurs et d’extrême droite, Parler accueillit aujourd’hui de plus en plus de républicains traditionnels. Le succès soudain de l’application a attiré l’attention de Google et Apple et les deux ont décidé de la supprimer de leurs plateformes de téléchargement. Parmi les raisons qu’ils ont citées on trouve la présence de messages "incitant à la violence" et la politique de modération trop laxiste de Parler.


>> LISEZ AUSSI: Selon la Commission Européenne Amazon ne respecte pas les règles de la concurrence


Suppression par Amazon

Même si les nouveaux utilisateurs ne pouvaient pas télécharger et installer facilement Parler sur leurs téléphones, la plateforme restait accessible jusqu’à ce qu’Amazon coupe ses serveurs le 11 janvier.

Obligé de chercher des alternatives pour pouvoir exercer son activité, John Matze a avoué que la remise en route du site pourrait prendre du temps. "On va faire tout ce qu'on peut pour revenir en ligne le plus rapidement possible mais tous les fournisseurs que nous contactons nous disent qu'ils ne veulent pas travailler avec nous si Apple ou Google n'approuve pas", a-t-il expliqué dans un entretien sur Fox News.


>> LISEZ AUSSI: Comment le géant américain Amazon vous fera payer la « taxe GAFA » ?


Le pouvoir des GAFA

Au-delà des débats politiques qu’ils ouvrent, ces événements soulèvent surtout la question du pouvoir des entreprises technologiques. Critiqué par de nombreux associations et dirigeants, le ban du chef d’état américain montre la force des géants numériques et crée des inquiétudes vis-à-vis de la stabilité démocratique.

Dans un tweet publié sur son propre réseau Jack Dorsey (fondateur et patron de Twitter) s’interroge sur la question et partage ses réflexions : « Cela établit un précédent qui me semble dangereux : le pouvoir qu’un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale ». Il précise que l’équilibre du pouvoir était respecté tant que « les gens pouvaient simplement aller sur un autre service, si nos règles et notre application des règles ne leur convenaient pas ». Mais « ce concept a été remis en cause la semaine dernière quand un certain nombre de fournisseurs essentiels d’outils sur Internet ont aussi décidé de ne pas héberger ce qu’ils trouvaient dangereux », reconnaît-il. « Je ne crois pas que c’était coordonné. Plus probablement : les sociétés sont arrivées à leurs propres conclusions ou ont été encouragées par les actions des autres. ».

Conclusion

Coupé du monde avec un préavis de quelques heures au lieu des 30 jours annoncés dans le contrat d’Amazon, Parler a décidé de saisir les institutions compétentes américaines qui vont devoir se prononcer sur le sujet. Entre temps, la réaction d’Amazon restera un signal d’alarme qui ne rassure pas les clients vis-à-vis de leurs services et le respect de leurs engagements.


Sources : Le Figaro
Le Monde

Laisser un commentaire :

0 Commentaire

Lisez aussi:
10% de réduction sur votre prochaine commande(1)
Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER pour recevoir votre code de réduction
(1) Valable uniquement pour toutes nouvelles commandes, hors achat de crédit hosteur et hors renouvellement de prestation.